Le site institutionnel de la Fédération Nationale de la Pêche en France

Accéder au site

generationpeche.fr – Toute l’actu de la pêche en France

Accéder au site

Trouvez les informations pêche de votre département

Accéder au site

cartedepeche.fr - Le site officiel pour obtenir la carte de pêche de votre association agréée

Accéder au site

PDPG

PDPG : Quatre lettres pour résumer la gestion des milieux aquatiques !

Les collectivités piscicoles (les sociétés de pêche locales et la fédération départementale) se font un devoir de gérer leur patrimoine piscicole au travers d’un document de gestion. Ce document, c’est le Plan Départemental pour la Protection du milieu aquatique et la Gestion de la ressource piscicole.

L’idée est simple, il s’agit de répondre à un diagnostic le plus exhaustif possible de l’état d’un cours d’eau par un plan de gestion piscicole et un plan de restauration du milieu. Par comparaison, il s’agit de diagnostiquer le malade, soigner ses symptômes et le vacciner afin d’éviter qu’il ne rechute.

Cependant, les symptômes sont multiples : obstacles à la migration des poissons, pollutions ponctuelles ou récurrentes, aménagements des rives, rectification des cours d’eau, utilisation trop importante de la ressource en eau ou plus récemment les effets du réchauffement climatique …

Afin de coordonner les soins à apporter à nos cours d’eau bas-alpins, le PDPG établit un diagnostic en priorisant les symptômes les plus graves pour établir un traitement le plus adapté possible.

Ce diagnostic est réalisé par cours d’eau en tout ou partie que l’on appelle « contexte piscicole ». On associe à ce contexte, l’espèce la plus représentative parmis toutes celles qui y vivent, c’est la plus exigeante de toute en terme de qualité, on considère donc que si ses exigences sont satisfaites alors elles le sont pour les autres espèces de poissons.

Il existe environ 80 contextes piscicoles sur le département qui subissent les mêmes tests de santé : pêches scientifiques (pour définir la quantité de poisson par espèce) et indice morphologiques qui permettent d’attribuer une qualité d’habitats naturels et de modifications dues aux aménagements humains. Ces deux indices sont ensuite confrontés aux symptômes afin de définir le niveau de qualité globale du contexte : On sait désormais que certains contextes piscicoles sont conformes à ce que l’on en attendait, d’autres sont perturbés et malheureusement certains peuvent être dégradés.

Connaissant désormais la qualité d’un contexte, on peut définir les mesures qui permettront à terme de revenir à un niveau de qualité acceptable afin d’avoir une population piscicole pérenne, ces mesures se répartissent selon deux plans de gestion :

- Le Plan d’Actions Nécessaires : qui correspond aux actions de restauration du milieu (recréer des méandres, rétablir le franchissement des seuils, restaurer et reconnecter les adoux au cours d’eau principal …)

- Le Plan de Gestion Piscicole : il définit le type de gestion piscicole associé au contexte : il existe deux cas de figure, si le contexte est jugé conforme à peu perturbé, on privilégiera une gestion dite « patrimoniale » c’est-à-dire sans alevinage (lâchers de poissons juvéniles), considérant que les populations en place peuvent se maintenir d’elles-mêmes. Si le contexte a un niveau de perturbation trop important, alors il sera proposé d’effectuer un soutien aux populations piscicoles en place.

Ce document technique est une nécessité pour une meilleure gestion coordonnée de nos rivières. S’il s’agit d’un outil réglementaire (Prévu par l’Art. 433-3 du CE et précisé dans les statuts des FDAAPPMA et AAPPMA) que fournit la Fédération Départementale à ses Associations Agréées pour la Pêche et la Protection des Milieux Aquatiques, c’est surtout un outil d’aide à la décision leur permettant d’ajuster leur gestion au plus proche des réelles nécessités des milieux aquatiques.